En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de traceurs (cookies) afin d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques anonymes de visites. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs, cliquez sur ce lien. OK

Les notaires planchent sur le développement durable

Article du 30/06/2008 17:59

 

Le développement durable, « un défi pour le droit », est le thème central du 104e congrès des notaires qui se tiendra à Nice du 4 au 7 mai 2008. Comme l’explique Dominique Larralde, notaire à Saint-Jean-de-Luz et président du 104e congrès, « le développement n’est pas une création publicitaire : c’est un impératif catégorique ».
En France, après la tenue du « Grenelle de l’environne¬ment », il faut s’attendre à une révision des législations susceptibles de concourir à la réalisation de cet objectif ». Et les notaires, professionnels du droit, ont un rôle cen¬tral et moteur à jouer dans ce nouvel environnement juridique. A Nice, quatre commissions vont plancher sur le sujet. Jean-Pierre Gilles, notaire à Arles, préside la commission sur la « gestion économe du sol » qui avance des propositions en matière de droit rural et de droit de l’urbanisme. Jean-Pierre Prohaszka, notaire à Villeurbanne, sera le président de la commission sur la « gestion prudente des ressources et des espaces naturels ». On y parlera notamment des contrats et actes divers relatifs aux terri¬toires protégés pour leur qualité environnementale. L’environnement sera également abordé sous l’angle du risque. C’est toute la réflexion de la 3e commission pré¬sidées par François-Jean Coutrant, notaire à Castillon-la-Bataille, sur les « risques et activités professionnels » qui propose un certain nombre d’évolutions sur l’enca¬drement juridique et contractuelle de la pollution des sols, des risques et des nuisances agricoles avec en ligne de mire la naissance d’un droit de la responsabilité environ¬nementale. Enfin, la dernière commission, dont le prési¬dent est Philippe Narbey, notaire à Paris, planche sur l’in¬formation et la participation des citoyens. C’est toute la problématique du droit de savoir et du droit de participer qui est analysé.

Envoyer à un ami
 

Abonnez-vous à notre newsletter

Envoyer
 

Éco-logis - archives

Page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15