En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de traceurs (cookies) afin d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques anonymes de visites. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs, cliquez sur ce lien. OK

“On ne pourra plus louer de passoires thermiques” : la ministre du Logement défend sa politique auprès d’acteurs icaunais de la rénovation

Article du 04/05/2021 15:48

 

Ce 1er avril 2021, la ministre du Logement Emmanuelle Wargon défend la politique du gouvernement auprès d’acteurs icaunais de la rénovation énergétique. Des échanges réalisés par défaut en visio, à la suite des annonces de restrictions sanitaires renforcées.
Malgré l’annulation de dernière minute de sa visite à Auxerre en raison de la crise sanitaire du Covid-19, la ministre du Logement compte maintenir ce jeudi 1er avril ses échanges avec des constructeurs et des bailleurs sociaux de l’Yonne, de façon dématérialisée.
La ministre du Logement annule son déplacement prévu à Auxerre, en raison des prises de parole à venir du gouvernement
Emmanuelle Wargon doit défendre auprès de ces acteurs icaunais la politique du gouvernement en matière de rénovation énergétique. Entretien.
Que répondez-vous aux ONG qui vous accusent de faire un bond en arrière sur la rénovation énergétique (en raison d’une diminution des exigences imposées) ? Nous maintenons le dialogue. Mais ce sont des échanges entre experts. Si nous arrivons à rénover les passoires thermiques et le reste du parc immobilier, nous parviendrons à nos objectifs.
Comment vous positionnez-vous concernant l’idée de rendre obligatoires les rénovations au moment de la mutation des biens ? J’ai fait le choix de poser cette obligation pour les propriétaires bailleurs. On ne pourra plus louer de passoires thermiques (27,6 % du total des logements dans l’Yonne, contre 16,8 % pour la moyenne nationale), de logements à étiquette F ou G, à compter de 2028.
Cela peut s’avérer compliqué pour les propriétaires les plus modestes. Le défi est de les accompagner techniquement et financièrement. Pour les propriétaires occupants, je pense qu’il vaut mieux privilégier les incitations, qui fonctionnent déjà très bien (480 projets portés via MaPrimeRénov’ dans le département, pour plus de 4.602.511 euros).
Quelles solutions face aux retards relevés concernant MaPrimeRénov’ ? L’aide a trouvé son public, elle est très demandée. Nous avons rencontré des difficultés pour faire face, essentiellement à l’automne. Les délais de paiement et de traitement augmentaient, ce n’était pas satisfaisant. Mais nous avons réussi à résorber ces délais. Le paiement se fait de nouveau sous 15 jours après réception du dossier complet. Il reste toujours des dossiers compliqués. C’est pourquoi nous avons créé une plateforme nationale, avec une petite dizaine de personnes qui gèrent ces dossiers particuliers.

Envoyer à un ami
 

Abonnez-vous à notre newsletter

Envoyer
 

Verbatim - archives

Page