Logement : ce que veulent les organisations professionnelles

La Fnaim, l’Unis et Plurience plaident pour un nouveau ministère de l’habitat de plein exercice. Las, le gouvernement en a décidé autrement. Les organisations professionnelles l’avaient fait savoir aux candidats à l’élection présidentielle dans le cadre d’un manifeste « Agenda Logement 2022 » qui détaille les grandes priorités pour le nouvel exécutif. Elles demandent une refonte de la loi Climat et résilience, en particulier l’interdiction de location des logements classés G, F et E où elles plaident pour un nouveau calendrier en alignement de la stratégie avec l’Union européenne.

La Fnaim, l’Unis et Plurience souhaitent également réformer l’accompagnement de l’investissement locatif et appellent à « opérer un changement de paradigme afin de préserver un parc locatif puissant, à la hauteur des besoins des jeunes actifs et de la mobilité des ménages français ». En clair, il s’agir de réformer les multiples niches fiscales au profit d’une aide unique de droit commun ».

Enfin, les trois organisations plaident pour une territorialisation de la politique du logement, charge à l’État de fixer les grands objectifs (ZAN, rénovation, part de logements sociaux, densification) et aux collectivités locales d’en écrire la trajectoire et de les mettre en œuvre en fonction des réalités locales.

Lire aussi  Ça baisse, ça baisse
Total
0
Shares
Précédent
Ventes en berne mais prix toujours fermes en Ile-de-France

Ventes en berne mais prix toujours fermes en Ile-de-France

Petit coup de mou pour les ventes de logements anciens en Ile-de-France

Suivant
Rebond en trompe-l’œil des permis de construire

Rebond en trompe-l’œil des permis de construire

Le nombre de permis de construire a frôlé des niveaux record au premier

Vous pourriez également aimer