Le marché de l’ancien se grippe en Ile-de-France

Le marché de l’ancien se grippe en Ile-de-France
Le marché de l’ancien se grippe en Ile-de-France

Cela ressemble à un atterrissage, en douceur pour le moment. Selon la dernière note des Notaires du Grand Paris, 51400 logements anciens ont été vendus en Île-de-France de juin à août 2022. C’est 9 % de moins qu’à la même période il y a un an.

Après un niveau d’activité exceptionnelle en 2020 et 2021, c’est le marché de la maison qui se replie un peu plus notablement (-15 % en Île-de-France), avec un recul de 17 % en petite couronne et de 15 % en grande couronne. Paris reste une exception avec des volumes de ventes qui progressent de 4 % et plus de 10600 appartements vendus en trois mois.

Cette baisse générale d’activité n’affecte pas encore le niveau des prix. En un an, en Île-de-France, d’août 2021 à août 2022, les prix des logements ont augmenté de 1,9 %. À Paris, le prix au mètre carré reste encore au-dessus de la barre symbolique des 10 000 € du mètre carré, à 10630 € en août 2022, en très légère hausse en un trimestre (+0,9 %). En un an, la tendance est toutefois baissière (-1,2 % d’août 2021 à août 2022).

Dans les promesses de vente, le prix au mètre carré des appartements dans la capitale devrait être de 10620 € en décembre 2022, au même niveau qu’un an auparavant, rapportent les notaires. En Île-de-France, en un an, de décembre 2021 à décembre
2022, les prix des appartements devraient évoluer très légèrement à la hausse (+1,6 %), avec une montée de prix toujours plus modérée en petite couronne (2,1 %) qu’en grande couronne (4,2 %).

Et sur l’ensemble de l’Hexagone ? La hausse des prix se ralentit, indique la dernière note de conjoncture des Notaires de France. Elle se limiterait à +5,7% à fin décembre contre +6,8 % au 2e trimestre 2022. « Ce ralentissement serait très marqué sur les prix des maisons anciennes (+6,4 % contre +8,5 % au 2e trimestre) alors que ceux des appartements anciens augmenteraient au même rythme (+4,8 % contre +4,5 % au 2e trimestre) », précise la note.

Lire aussi  Climat : le mea culpa des acteurs immobiliers
Total
0
Shares
Précédent
De plus en plus de crédits immobiliers refusés
De plus en plus de crédits immobiliers refusés

De plus en plus de crédits immobiliers refusés

Le taux d’usure n’est pas la seule explication au refus d’un crédit immobilier

Suivant
Grise mine dans le neuf
Grise mine dans le neuf

Grise mine dans le neuf

Les ventes de logements neufs n’en finissent plus de dégringoler

Vous pourriez également aimer