En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de traceurs (cookies) afin d'améliorer votre navigation et de réaliser des statistiques anonymes de visites. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs, cliquez sur ce lien. OK

MAD IN FRANCE !

Article du 13/01/2012 12:04

 

Chères lectrices, Chers lecteurs, je vous souhaite une bonne année 2012, pour vous et vos proches.
Une bonne année en dépit des Cassandre qui nous promettent une année de tous les dangers. Une année 2A+ : Amour et Avenir.

Cet avenir pourrait se dessiner au travers du « made in France ». Ce concept, qui s’invite dans les débats publics, vient nous rappeler que dans un monde globalisé, le rattachement à la production d’un territoire, à une « marque pays » qui en incarne l’identité profonde peut constituer un facteur clé de compétitivité. Cela permet à un pays de s’élever, en misant sur l’image forte dont il bénéficie auprès des consommateurs que sont aussi les touristes.
L’immobilier est l’une de nos principales industries, avec près de 350 000 salariés et représente plus de 15 % du PIB en direct. Mais alors pourquoi les hommes politiques s’acharnent à vouloir punir l’immobilier, principalement la fiscalité sur les plus-values.

Mais que l’on ne vienne pas se plaindre si le niveau des transactions s’effondre au risque de remettre en cause le parcours résidentiel tant promis aux Français. On augmente la TVA sur les travaux de rénovation dans les logements. Cela se chiffrera en plusieurs dizaines de milliers d’emplois supprimés. Ces mêmes emplois que l’on essaye à grands renforts de subventions d’arracher aux pays « émergents ».

D’autant que les effets induits sont beaucoup plus conséquents qu’on ne le pense. Car l’immobilier alimente en fait deux industries : celle des acteurs du bâtiment et celle du tourisme très liée à la notion de patrimoine en France.
75 millions de visiteurs dans notre pays, dont 30 millions pour la capitale, nombre d’entre eux viennent admirer nos anciennes et historiques pierres, soigneusement entretenues pour la plupart par des propriétaires privés.
Soyons sincères, si les touristes visitent aujourd’hui la France, ce n’est sûrement pas pour admirer les barres HLM des années 60. Ni celles de Sarcelles, si chères à DSK qui y venait de temps en temps faire le plein de voix avant de s’en retourner place des Vosges. Les touristes ne viennent pas non plus pour se pâmer devant la tour Montparnasse, verrue des années 70 plantée au cœur de ce qui fut l’un des quartiers artistiques de la capitale.
Non, ils viennent respirer l’atmosphère si particulière de Paris, celle du quartier latin, des grands boulevards, de Montmartre... Une atmosphère que des promoteurs-rénovateurs ont entretenue depuis près d’un demi-siècle en contribuant à la rénovation de centaines d’immeubles, accompagnés par des propriétaires privés, suivis par les investisseurs institutionnels qui leur ont emboîté le pas pour faire de la « valorisation de patrimoine ». À ne pas confondre avec la valorisation DU patrimoine !

Il ne faut pas se tromper de combat. Le mauvais goût n’a pas sa place ! Notre pays ne saurait se satisfaire d’une culture éphémère du type Courchevel et ses magnifiques chalets savoyards… où le menu est en russe et la bouteille de Beaujolais nouveau au prix du Château Pétrus. La France que les touristes aiment c’est la France de toutes les régions, des châteaux rénovés par des propriétaires qui souvent leur consacrent leurs vies, des chambres d’hôtes, des petits villages fleuris, des vignobles… Notre avenir repose sur l’authenticité de notre pays. Et l’authenticité passe par la pierre, le cœur et la transmission !

Envoyer à un ami
 

Abonnez-vous à notre newsletter

Envoyer
 

Éditos - archives

Page