La suppression des arrêtés Miot fait l’unanimité contre elle

Élus insulaires et société civile ont condamné la suppression des arrêtés Miot prononcée par le Conseil constitutionnel qui met fin à l’exonération sur la transmission des biens immobiliers dans l’île. De nombreux Corses vont être obligés de revendre leurs biens pour s’acquitter de droits successoraux faramineux. « On peut craindre que les appétits spéculatifs se déchaînent, accélérant de fait la folle spirale de la dépossession », a déclaré le maire d’Ajaccio Simon Renucci (DVG).
En octobre dernier, l’Assemblée nationale avait prolongé de cinq ans ce système mis en place en 1801 par le conseiller André-François Miot pour compenser les handicaps de l’insularité.

Lire aussi  Remaniement : un nouveau tandem au Logement et à la Ville
Total
0
Shares
Précédent
Neuf : plus dure est la chute

Neuf : plus dure est la chute

La spirale baissière continue

Suivant
Réquisitions : quels loyers pratiquer ?

Réquisitions : quels loyers pratiquer ?

L’arrêté, en date du 14 décembre 2012, du ministère de l’Egalité des Territoires

Vous pourriez également aimer