Pourquoi les logements sont trop petits en Ile-de-France

Les logements des Parisiens sont trop petits. C’est en tout cas ce que met en lumière une étude de l’Institut Paris Région qui indiquent que la part des Franciliens occupant des logements trop petits a progressé au cours de la dernière décennie, en particulier dans le parc locatif social, à cause de prix de moins en moins accessibles dans le privé. Au total, 2,7 millions de Franciliens vivaient à l’étroit en 2018, soit près d’un quart de la population (22 %). Ce phénomène, deux fois plus important que dans le reste de l’Hexagone, concerne avant tout les familles monoparentales — un tiers d’entre elles (33 %) vivent à l’étroit contre 19 % des couples avec enfant et 5 % des couples sans enfant, précise l’agence d’urbanisme.

La suroccupation des logements a en particulier augmenté dans le parc locatif social (+2 %) en raison de l’absence d’une offre de location ou d’achat financièrement accessible dans le privé, obligeant certains jeunes résidant chez leurs parents ou des couples séparés à poursuivre des cohabitations subies, souligne l’Institut Paris Région.

Les communes les plus concernées sont celles avec une forte proportion de logements anciens ou dégradés, privés ou sociaux, financièrement plus abordables. On y retrouve 11 des 20 arrondissements parisiens, mais aussi 22 communes de Seine-Saint-Denis, notamment La Courneuve et Aubervilliers.

Lire aussi  La région Francilienne cherche son SDRIF
Total
0
Shares
Précédent
La vache à lait sans cow-boy !

La vache à lait sans cow-boy !

La non-annonce d’un nouveau ministre du Logement a causé un émoi prononcé chez

Suivant
Pas de risque de crise pour le haut de gamme parisien

Pas de risque de crise pour le haut de gamme parisien

Le marché immobilier haut de gamme flambe à Paris, rapporte une étude de Daniel

Vous pourriez également aimer