Les notaires confirment une hausse des prix en Ile-de-France

En juillet 2017, le prix au m² pourrait approcher 8 800 € dans Paris, soit une variation annuelle de +7 %, informent les notaires franciliens à la lecture des indicateurs avancés sur les avant-contrats. La hausse annuelle passerait à 4,6 % pour les appartements en Petite Couronne, dont 4,8 % dans les Hauts-de-Seine, et à 3,4 % en Grande Couronne. Les hausses annuelles de prix resteraient plus contenues pour les maisons. Comme le signalent nos nouveaux indicateurs avancés sur les avant-contrats, les prix des maisons augmenteraient en un an de 2,9 % dans les Yvelines, de 1,8 % dans l’Essonne, de 2,6 % en Seine-Saint-Denis et de 2,8 % sur l’ensemble de la Petite Couronne.
Pour le moment, les perspectives d’activité restent bien orientées et le marché francilien continuerait à bien se tenir dans les prochains mois. Pour autant, des éléments de fragilité persistants peuvent venir donner un coup de frein à l’activité et faire hésiter les acquéreurs. La baisse des prix accumulée ces dernières années, même modeste, avait tout de même contribué à améliorer la solvabilité des ménages. La hausse des prix s’est généralisée et elle s’amplifie, réduisant ce bénéfice. Dans un contexte de faible évolution du pouvoir d’achat des ménages, le maintien de la solvabilité des acquéreurs ne reposera alors que sur le maintien des taux d’intérêt à des planchers et sur la facilité d’accéder au crédit. Si les premières hausses des crédits à l’habitat devaient s’intensifier le marché pourrait perdre ce ressort essentiel et se heurter à la solvabilité des ménages.

Lire aussi  14,4 Mds€
Total
0
Shares
Précédent
L’Etat a toujours du mal à être un bon propriétaire

L’Etat a toujours du mal à être un bon propriétaire

La politique immobilière de l’Etat est-elle en panne ?

Suivant
Des jeunes « libres »… et « sédentaires »

Des jeunes « libres »… et « sédentaires »

Si pour 57 % des jeunes Français l’autonomie et la liberté reste un idéal de vie

Vous pourriez également aimer