Le crowdfunding, victime collatérale ?

A la suite du redressement judiciaire de la société mère de Terlat, promoteur de quatre projets financés par Anaxago et deux autres par WiSEED, la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) est montée au créneau. « La plate-forme de financement participatif doit mener un audit permettant de s’assurer de la solidité du maître d’ouvrage, porteur de l’opération immobilière. La structuration classique de notre profession passe par une société opérationnelle (la maison mère) et une société filiale par opération. Ainsi, il existe une « muraille de Chine » entre chaque opération et un partage des moyens techniques au sein de la maison mère. Il est nécessaire d’auditer cette maison mère tant d’un point de vue financier que de sa capacité à construire », a prévenu la Fédération qui a rappelé que la plate-forme de crowdfunding était avant tout un intermédiaire, en mesure de dialoguer avec les différents acteurs d’une opération de promotion : assureurs, promoteurs, investisseurs, bureaux d’études… afin d’apporter une véritable valeur-ajoutée ».

Total
0
Shares
Précédent
SNI/ERAFP/DGA : même combat

SNI/ERAFP/DGA : même combat

La direction générale de l’administration et de la fonction publique,

Suivant
La hausse des ventes de logements se poursuit

La hausse des ventes de logements se poursuit

‘+ 9,8 % : c’est la progression des ventes de logements anciens en 2016,

Vous pourriez également aimer