Le prix du squat

L’ancien propriétaire d’un immeuble parisien squatté par des mal-logés a demandé au TGI de Paris de condamner une association et deux militants ayant soutenu cette occupation et réclamé plus de 2,5 M€ au titre de préjudice. Il reproche à l’association Droit au logement (DAL) ainsi qu’à deux militants du collectif Jeudi Noir d’avoir « organisé et soutenu l’occupation d’un immeuble que le propriétaire cherchait à exploiter, et qui n’était pas vacant ». « Les sommes demandées peuvent mettre le DAL sur la paille », a indiqué l’avocat de l’association.
Une soixantaine de personnes mal-logées, dont une trentaine d’enfants, s’était installée à partir du 29 décembre 2012 dans cet immeuble vide avec l’aide de ces associations. A l’automne 2013, le propriétaire avait demandé l’expulsion des squatteurs, sans toutefois demander d’indemnités directement aux occupants. La mairie de Paris avait finalement préempté l’immeuble avant de l’acheter définitivement en 2015, à un prix de 6,5 M€, pour en faire des logements sociaux.

Lire aussi  Climat : le mea culpa des acteurs immobiliers
Total
0
Shares
Précédent
La Cour des comptes épingle la mise en œuvre du DALO

La Cour des comptes épingle la mise en œuvre du DALO

Dix ans après la loi sur le Droit au logement opposable (Dalo), les sages de la

Suivant
Le Conseil d’Etat retoque la restriction de l’encadrement des loyers

Le Conseil d’Etat retoque la restriction de l’encadrement des loyers

Le Conseil d’Etat a jugé illégale la décision du gouvernement de restreindre à

Vous pourriez également aimer