Pas d’expulsion sans relogement

Onze villes ont signé un arrêté interdisant les expulsions locatives si l’Etat ne prévoit pas en amont un relogement des locataires. Des arrêtés municipaux “conditionnant toute expulsion locative à une solution de relogement” ont été officiellement signés par les maires de Stains, La Courneuve, Saint-Denis, Bondy, Villetaneuse (Seine-Saint-Denis), Bagneux, Gennevilliers (Hauts-de-Seine), Bonneuil-sur-Marne, Villeneuve-Saint-Georges, Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) et Allonnes (Sarthe). Ils s’appuient notamment sur le Pacte des Nations unies de 1966, ratifié par la France, qui prévoit que “nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires ou illégales dans sa vie privée, sa famille, son domicile”. On estime en moyenne de 30 000 à 40 000 le nombre de foyers en France susceptibles d’être expulsés dès la fin de la trêve hivernale sur un total d’environ 190 000 assignés dans le cadre d’une procédure d’expulsion.

Lire aussi  Et dans le neuf, a-t-on touché le fond ?
Total
0
Shares
Précédent
Près d’un français sur deux veut une résidence secondaire

Près d’un français sur deux veut une résidence secondaire

Selon une enquête du site d’annonces immobilières Explorimmo, 43 % des personnes

Suivant
Emmanuelle Cosse en phase avec l’Anah

Emmanuelle Cosse en phase avec l’Anah

Le ministre du Logement et de l’Habitat durable est satisfaite : le conseil

Vous pourriez également aimer